Mildred Aldrich, une américaine dans la bataille de la Marne

Jean-Michel DUSAULCY - Société des amis du musée | 10.19.21

Portrait de Mildred Aldrich

Mildred Aldrich, journaliste, écrivaine et traductrice américaine, est née le 16 novembre 1853 à Providence dans l’état de Rhodes Island et est décédée 19 février 1928 à l’hôpital Américain de Neuilly-sur-Seine.

Quelques mois avant le début de la Première Guerre mondiale, Mildred Aldrich emménage dans une maison à Huiry un lieu-dit de Quincy Voisin (77).

Mildred Aldrich, une américaine dans la bataille de la Marne

Cette maison surplombe la vallée de la Marne et a une vue depuis son jardin sur les communes de Isles-les-Villenoy, Trilbardou, Chauconin, Neufmontiers, Penchard, Villeroy et Monthyon d’où seront tirés les premiers coups de canon.

Mildred Aldrich, une américaine dans la bataille de la Marne

Elle entretient une correspondance permanente, avec ses amies Gertrude Stein et Alice B. Toklas, réunie dans le livre « Hilltop on the Marne ». Elle y narre l’exode des populations fuyant l’invasion Allemande, l’arrivée des troupes britanniques qu’elle va ravitailler en thé et gâteaux et héberger des officiers. Puis ce sera le tour de troupes françaises. Elle refuse de partir et va faire vivre à ses correspondantes son ressenti de la bataille de l’Ourcq.

Aux britanniques, elle signale la présence constatée Uhlans en bas de la colline mais sans effet car les ordres sont de ne pas aller au contact avec l’ennemi.

Pour lui éviter d’éventuels problèmes, un caporal vient décrocher de son mât le drapeau américain.

Elle y raconte les premiers coups de canons, les fumées des combats visibles puis l’arrivée de troupes françaises venant de Paris cantonnées dans son village en attendant de poursuivre leur route. Les maisons vides et les écuries sont réquisitionnées par les Français. Elle doit loger chez elle le colonel.

En 1917, paraitra la suite de ses lettres dans le livre « On the edge of the war zone » pour la période de la fin de la bataille de la Marne jusqu’à l’arrivée des troupes américaines.

En 1918, « The peak of the load » en 1919, “When Johnny comes marching

En 1926, Mildred Aldrich écrit une autobiographie « Confessions of a breadwinner » qui ne sera pas édité.

En 1922, elle sera décorée de la Légion d’Honneur pour son œuvre sur la guerre et son influence sur l’entrée en guerre des Etats-Unis

Elle est enterrée à Quincy-Voisin (77).