Wagon couvert "40 hommes - 8 chevaux" - Musée de la Grande Guerre

Le musée est ouvert lundi 20 mai de 9h30 à 18h.

Wagon couvert "40 hommes - 8 chevaux"

Wagon couvert

Fonction du wagon

Les wagons avaient pour mission transporter les vivres, les hommes et les blessés. Les wagons étaient principalement utilisés pour le transport des hommes. Les vivres sont fournis par des stations-magasins qui utilisent les ressources de la région avoisinante et des usines productrices. Les trains sont composés en fonction du type de denrées (train de pain, train de paille, train pour les chevaux…).
Le ravitaillement par les voies ferrées permet l’apport aux armées de tout ce qui leur est nécessaire pour vivre et pour combattre, pour les besoins quotidiens des hommes et des chevaux, l’approvisionnement divers pour l’entretien du matériel et la consommation courante, et des besoins éventuels, pour les munitions pour les batailles. Les besoins quotidiens sont calculés qu’en fonction des effectifs et les besoins éventuels dépendent des évènements imprévus de la guerre.
Il existait des trains sanitaires pour emmener les blessés vers l’arrière où ils pouvaient être soignés. Il n’existait que cinq trains permanents et les autres trains sanitaires sont improvisés. Dans les trains sanitaires, les blessés étaient couchés à même la paille ou sur des hamacs. Les trains circulaient pendant de longues heures et le personnel était insuffisant. Les trains sanitaires britanniques étaient mieux équipés et organisés et l’on pouvait effectuer des opérations lourdes. Petit à petit, les wagons vont être systématiquement désinfectés. On retrouve souvent des débris de pansements, des tâches de sang, d’urine, de la matière fécale, de la boue, de la poussière. Le nettoyage général passe par le balayage, le brûlement de la paille, des détritus et l’utilisation d’une solution d’hypochlorite de chaux.

Le départ des mobilisés à Castillon-sur-Dordogne (aujourd’hui Castillon-la-Bataille), août 1914, plaque de verre stéréoscopique. Inv. 2007.63.9 - Musée de la Grande Guerre, Meaux
Le départ des mobilisés à Castillon-sur-Dordogne (aujourd’hui Castillon-la-Bataille), août 1914, plaque de verre stéréoscopique. Inv. 2007.63.9 - Musée de la Grande Guerre, Meaux
wagon

 

 

 

 

Description du wagon

Le wagon est constitué d’une caisse en bois et de panneaux métalliques. Le toit est étanche. Il possède un essieu à roues à rayon et un essieu à roues à voile plein (qui n’est pas d’origine). Les tampons ne sont pas d’origine. Le wagon est constitué de plusieurs ouvertures pour faciliter le chargement et le déchargement de matériaux et des soldats.

Une inscription « Homme 40 – Chevaux (en long) 8 » est imposée sur des wagons recouverts. Ce type de wagon couvert et aménagé de bancs mobiles était réquisitionné pour le transport militaire. Ils devaient répondre à certains critères, notamment sur leur taille, leur capacité et les éléments qui le composaient.

Extérieur :
Constitués d’une caisse en bois et de panneaux métallique, équipés d’étriers, de portes roulantes à un ou deux vantaux, de volets à glissières pour l’aération, de lanternes pour la nuit,
ces wagons transportaient un nombre précis d’hommes. Un cartouche 1 sur chaque paroi indiquait le nombre de place à l’intérieur.
Le cartouche était composé de deux chiffres ou d’un seul. Lorsque les deux chiffres sont inscrits, le premier concerne les hommes équipés tandis que le second, aux hommes non équipés. Lorsqu’il n’y a qu’un chiffre d’indiqué, il s’applique aux hommes non équipés.
Le cartouche indiquant 36 – 40 signifie que 36 hommes équipés peuvent monter à bord ainsi que 40 non équipés.
En tout, il existe cinq catégories de wagons, on y retrouve des wagons avec cartouche 32-40, 36-40, 40, 44 ou encore 50, modifiant la longueur intérieure qui augmente de 5,90m jusqu’à 9m.

Intérieur :
L’intérieur des wagons se compose de deux lots de quatre bancs comprenant deux madriers (supports) et de cinq planches (4 assises et un dossier central). Chaque lot est réparti longitudinalement de part et d’autre des portes. Les armes des soldats sont maintenus grâce à des pitons et des courroies. Le « chef de wagon » installe le premier fusil dans l’espace entre les bancs, à la verticale contre la paroi du petit côté, les autres fusils sont placés de la même manière. Pour les sacs, ces derniers sont disposés le plus possible sous les bancs ou dans des espaces laissés vacants.

 

  • Longueur : 8,40 m
  • Empattement : 3,80m
  • Tare : 10 tonnes

 

Dépôt du musée du Génie