L'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo - Musée de la Grande Guerre

À noter :
Le musée sera exceptionnellement fermé le samedi 20 juillet (en raison du passage de la flamme olympique).

Fermeture annuelle du 19 août au 6 septembre 2024.
Réouverture le samedi 7 septembre pour le week-end de reconstitution historique.

11.16.22

Le 28 juin 1914, l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand déclenche, un mois plus tard, la Première Guerre mondiale. Connue sous le nom d’attentat de Sarajevo, cette attaque est le déclencheur de l’un des événements les plus tragiques et sanglants de l’histoire. Comment l’assassinat de François-Ferdinand a-t-il provoqué l’un des conflits les plus mortels ? Dans quel contexte a-t-il eu lieu ? Et quelles sont les conséquences de cet embrasement ?

Le contexte de l’attentat de Sarajevo

Entre 1875 et 1878, les Balkans s’embrasent. Une série d’insurrections éclate en Bosnie-Herzégovine, en Bulgarie et en Serbie contre l’Empire ottoman. Le congrès de Berlin, du 13 juin au 13 juillet 1878, restaure la paix en conférant leur indépendance à la Serbie et au Monténégro, ainsi qu’en confiant l’administration la Bosnie-Herzégovine à l’Empire austro-hongrois.

La crise bosniaque, les prémices de la Grande Guerre

L’annexion unilatérale de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie en octobre 1908 déclenche une crise diplomatique, plus connue sous le nom de crise bosniaque. Cet événement est considéré comme un prémisse de la Grande Guerre. Le conflit bosniaque est une crise internationale de grande ampleur. Cette annexion modifie les relations qu’entretient l’Autriche-Hongrie avec les autres puissances, à savoir : les Turcs ottomans, les Serbes et les Russes. Se met alors en place un boycott des produits austro-hongrois par les Turcs, tandis que les Serbes protestent. La Russie, quant à elle, forte de son accord de Vienne et surtout fragilisée par des conflits successifs (le conflit russo-japonais et la révolution de 1905), conseille à la Serbie la résignation.

La crise bosniaque a des conséquences importantes au niveau diplomatique comme la tension des relations entre Vienne et Saint-Pétersbourg, des ultimatums austro-hongrois imposés à la Serbie et à la Russie… Ils ne feront qu’accentuer le ressenti des Italiens, Russes et Serbes envers les chancelleries européennes qui ne les ont pas soutenus. L’assassinat de François-Ferdinand lors de l’attentat de Sarajevo en sera l’une des conséquences.

Qui était François-Ferdinand ?

François-Ferdinand est né le 18 décembre 1863 à Graz en Autriche. Comme tous les membres masculins de la famille Habsbourg-Lorraine, François-Ferdinand évolue rapidement vers une carrière militaire. Également amateur de chasse, il est considéré comme le meilleur tireur du monde. Il devient héritier du trône autrichien après la mort tragique de l’Archiduc Rodolphe, son cousin, en 1889 et, par la suite, celle de son père en 1896. Quatre ans plus tard, il épouse Sophie Chotek, une aristocrate tchèque. De cette union naissent 4 enfants : la princesse Sophie de Hohenberg en 1901, le prince Maximilien de Hohenberg en 1902, le prince Ernest de Hohenberg en 1904 et un dernier fils mort-né en 1908.

Au pouvoir, François-Ferdinand a une ambition marquée et connue de tous : remplacer le système austro-hongrois par une organisation associant la Croatie, la Bosnie, la Dalmatie et la Slovénie en un État yougoslave jumelé à l’Autriche-Hongrie. Cette politique dessert les intérêts de la Serbie et le patriotisme yougoslave. Cette ambition, ajoutée au ressentiment nationaliste serbe explique pourquoi, lors de sa visite à Sarajevo en 1914, sa femme et lui seront assassinés par l’étudiant serbe nationaliste Gavrilo Princip, membre de la société secrète Jeune Bosnie.

L'assassinat de François-Ferdinand
L'assassinat de François-Ferdinand

Le déroulement de l’attentat de Sarajevo

L’assassinat de François-Ferdinand a eu lieu le 28 juin 1914. Comment s’est déroulé l’attentat de Sarajevo ?

L’attentat de Sarajevo, une date symbolique

Les autorités austro-hongroises ont choisi de visiter Sarajevo le 28 juin 1914, date à laquelle les Serbes orthodoxes célèbrent le jour du Vidovdan, mais également date anniversaire de la bataille de Kosovo Polje. Durant ce conflit, les Serbes avaient perdu face à l’armée turque et ont été annexés. Choisir cette date était considéré par certains Serbes comme une provocation.

Symbolique, le 28 juin est aussi pour l’Archiduc et sa femme leur quatorzième anniversaire de mariage, c’est pourquoi il voulait apparaître avec son épouse lors de sa visite.

La première tentative échouée de l’assassinat de François-Ferdinand

Même si les 7 conspirateurs serbes, dont Gavrilo Princip faisait partie, n’ont aucune expérience dans le maniement des armes, ils réussissent à assassiner l’Archiduc François-Ferdinand par un extraordinaire concours de circonstances. Tous postés le long du quai, ils ont pour ordre de passer à l’acte dès qu’ils le peuvent. Aucun plan n’est réellement établi, si ce n’est abattre le futur monarque austro-hongrois.

Dans la matinée du 28 juin 1914, l’Archiduc et sa femme visitent plusieurs lieux culturels, politiques et militaires de la ville. Lorsque le cortège passe à côté des deux premiers conspirateurs, ils n’osent pas tirer de peur de se faire arrêter par la police ou de toucher la duchesse. C’est le troisième membre du groupe, Nedeljko Čabrinović, qui passe à l’action en lançant une bombe sur la voiture des héritiers austro-hongrois. Toutefois, le projectile n’atteint pas la cible, faisant exploser la voiture suivante après avoir rebondi sur celle de l’Archiduc. L’explosion fait plusieurs blessés, mais l’assassinat de François-Ferdinand est pour l’instant un échec.

L’assassinat de François-Ferdinand et de son épouse

Avant d’aller déjeuner, l’Archiduc émet le souhait de visiter les victimes de la bombe. Le général Oskar Potiorek décide alors de changer l’itinéraire. Toutefois, de multiples erreurs de communication sont commises et le convoi n’est, contre toute attente, pas protégé par des escortes supplémentaires.

À 10 h 45, le couple quitte l’hôtel de ville à bord de sa limousine. Les deux premières voitures du cortège tournent à droite au lieu de longer le quai. Celle de l’Archiduc et de sa femme les suit. Le général se rend compte trop tard que l’itinéraire est le mauvais et hèle le chauffeur qui, surpris, décide de faire marche arrière. Trop dense, la foule empêche la voiture de bouger. Placé devant le magasin Moritz Schiller’s Delicatessen, Gavrilo Princip voit alors une occasion de réaliser la mission. Il tire deux fois, une balle à l’abdomen de la duchesse et une dans le cou de l’Archiduc. L’assassinat de François-Ferdinand vient d’avoir lieu.

Quelles sont les conséquences de l’assassinat de François-Ferdinand ?

Après l’assassinat de François-Ferdinand lors de l’attentat de Sarajevo, les conspirateurs sont arrêtés et interrogés. Tous gardent le silence, excepté Danilo Ilić qui, de peur, dévoile que les armes étaient fournies par le gouvernement serbe. L’Autriche-Hongrie accuse alors la Serbie de l’assassinat de François-Ferdinand et lui pose un ultimatum. La Serbie refuse de se soumettre et la guerre éclate. L’allié russe prend position au côté de la Serbie, tandis que l’Allemagne soutient l’Autriche-Hongrie. S’ensuivent les déclarations de guerre de la France et du Royaume-Uni, alliés à la Russie. La Première Guerre mondiale démarre en Europe.