Robe de deuil

Robe de deuil

La Grande Guerre fait 1,3 millions de victimes, soit 10% de la population masculine française. En 1918, on compte 600 000 « veuves de guerre », souvent très jeunes.

En 1914, les trois périodes du deuil établies au XIXe siècle sont encore respectées : le deuil pour la perte d’un mari dure 2 ans pendant lequel se succèdent 1 an de grand deuil, puis 9 mois de deuil, et enfin 3 mois de demi-deuil.
Néanmoins, pendant la Première Guerre mondiale, les femmes, nombreuses à travailler à l’extérieur, ne peuvent plus se permettre de se retirer aussi longtemps de la vie sociale. Elles usent alors d’une plus grande liberté pour suivre ou non les conseils rigides prodigués par les journaux de mode sur le « code du deuil » à respecter.

Cette tenue de veuvage est composée d’un chapeau, d’un voile et d’une robe noirs. Au passage du grand deuil, puis du deuil au demi-deuil, les vêtements d’abord exclusivement noirs, intègrent progressivement des matières brillantes puis des touches et motifs mauves, violets, lilas, gris et blancs, comme ici, sur le col en dentelle blanc de cette robe de deuil ou demi-deuil.

En fibre végétale, H. 105 x L. 40,5 cm. N° inventaire : 2006.1.12099