Pétard-raquette - 1914-1916

Egalement appelé « pétard de la Troisième Armée »

Pétard-raquette

Abandonnée après les guerres napoléoniennes, la grenade est simplement réservée à la défense des forts en 1914. Dès la fixation du front, elle devient une nécessité pour le soldat français qui est dans l’impossibilité de répondre aux nombreux jets de grenades venant des lignes ennemies.

Cette grenade artisanale est conçue à partir d’un pétard contenant de l’explosif (mélinite ou cheddite) introduit dans un simple tube de fer et lié par un fil de fer à une longue planchette de bois, pour en améliorer la portée de tir. Fabriquées par les soldats, à l’avant ou en deuxième ligne, à partir de matériaux récupérés sur le terrain, ces grenades approchent un certain degré de standardisation et servent jusqu’en 1916. Elles sont ensuite remplacées par des fabrications industrielles de divers types et à l’efficacité plus étudiée (grenade incendiaire, quadrillée…).

En bois, métal, 37 x 4 x 5,5 cm. N° inventaire : 2006.1.5434