Mercredi 9 septembre 1914

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption - Pass sanitaire demandé

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

 

 

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Mercredi 9 septembre 1914

Résumé : Les canons de 75 de la batterie de Paul Lintier ont passé la nuit sur place. Il signale, au loin, le bruit du combat qui a repris. Le café partagé en rase campagne en compagnie du capitaine est une occasion de rappeler l’ascendant qu’il a sur ses hommes : « nous ferons face ! » leur fait-il répéter. Mais l’inquiétude règne sur cette journée. D’abord, les artilleurs voient refluer des troupes dans la plaine, l’artillerie allemande pilonne un bois tout proche qui n’était pas visé la veille. Plusieurs indices font craindre la réussite d’une manœuvre de contournement de l’ennemi. Paul Lintier le sait : Nous occupons laile extrême des armées françaises .

Le souvenir douloureux de la retraite dans la Meuse ressurgit dans les esprits. Soudain, les canons doivent être attelés et gagner, en hâte, une autre position, plus au nord, vers Nanteuil-le-Haudouin. Très vite, des masses d’infanterie adverses se présentent à revers, la menace d’encerclement est évidente. L’ordre de faire feu tombe.

Les pièces sont des monstres hurlants, des dragons en démence qui, à pleine gueule, vomissent du feu à la face du soleil, dont la chute sachève dans un somptueux crépuscule d’été. Les douilles samoncellent et fument. Là-bas, on voit les hommes se débander, courir, s’écrouler en monceaux. Des hauteurs qui dominent Nanteuil et doù lon pourrait compter nos pièces, aucune artillerie ne répond. (p. 209)

Le bombardement ne s’arrête qu’à la tombée de la nuit. On conserve la position sous la protection d’un bataillon d’infanterie. Les 75 de Paul Lintier sont à la pointe du dispositif français.

Le Journal de Marche et des Opérations (JMO) indique le repli qui intervient à 16h pour se placer à la côte 116, localisée à 500 m au nord d’Ognes. C’est bien une attaque allemande sur Nanteuil et Silly-le-long qui est arrêtée à 20h. Une page du JMO est consacrée au bilan en pertes humaines des opérations des 8 et 9 septembre sous le vocable de « Combat de Bouillancy- Sennevières ». On apprend que la pièce n°2, voisine de la 11 e de Lintier lors du bombardement de la veille, déplore quatre blessés et un mort : il s’agit du maréchal des logis Dugas. En tout, le bilan mentionne ce tué et 11 artilleurs blessés.

Cette journée est le point culminant de la bataille de l’Ourcq. Au sud de la position occupée par le régiment de Paul Lintier, du côté de Meaux, les Allemands reculent avec leur artillerie. Pour protéger leur repli, débouchant de Betz, au nord, le IV e corps allemand attaque et prend Nanteuil. C’est la raison du bombardement auquel prend part Paul Lintier. La 6 e armée, dont il fait partie, plie et malgré le renfort qu’elle reçoit, elle est proche du point de rupture. La situation, au soir, est très préoccupante.

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Pass sanitaire demandé y compris pour les événements.
Conditions sanitaires en vigueur (aout 2021)

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs